Skip to main content

Mes 10 premières fois sur Textbroker – #10ansTBFrance

Cette année, Textbroker France fête ses 10 ans ! Pour l’occasion, nous vous préparons de nombreuses surprises, qui seront dévoilées au fil des semaines. Plus que jamais en 2021, suivez-nous sur le blog et sur les réseaux sociaux !

 

Pour cette première publication #10ansTBFrance, nous laissons la parole au plus ancien compte auteur de Textbroker France : du haut de ses 10 ans d’expérience sur la plateforme, il a probablement des anecdotes à vous raconter, et surtout, des astuces à vous donner !

 

********************************************************************************

 

Bonjour,

 

J’écris cet article depuis le tout premier compte auteur de Textbroker France, ouvert en 2011 et toujours en service !

 

J’ai reçu une DirectOrder ce matin, pour mon anniversaire :

 

Cher auteur,

 

Félicitations, en tant que premier compte auteur de Textbroker France, vous avez été sélectionné pour écrire un article sur le blog à l’occasion des 10 ans de la plateforme. Pourriez-vous partager votre expérience de rédaction sur Textbroker et résumer en 10 étapes comment progresser rapidement ?

 

Merci d’avance

 

J’ai tout de suite eu en tête un titre accrocheur pour cet article, du genre « Comment survivre 10 ans sur Textbroker France », façon Man vs. Wild. Mais comme j’ai déjà à mon actif un certain nombre de textes refusés, je vais rester modeste…

 

Je vais simplement partager avec vous des souvenirs de toutes mes premières fois sur Textbroker et vous donner des conseils pour… faire mieux que moi ! Retraçons ensemble 10 étapes incontournables du parcours d’un auteur sur Textbroker. J’ai tout essayé, et vous ?

 

 

1. Le texte d’inscription : mes premières étoiles

 

Comme j’étais sûr d’être accepté, j’ai titillé un peu le système pour m’amuser. Les consignes de rédaction du test sont plutôt simples, avec quelques bases de mise en forme en HTML et une bonne relecture, vous vous en sortirez certainement plus rapidement que moi. Voici les quelques erreurs qui m’ont valu un refus :

  • Valider un texte déjà publié sur internet (je ne suis parvenu à duper ni les évaluateurs ni les 3 systèmes anti-plagiat de Textbroker)
  • Chercher à soumettre mon texte d’inscription sans me préoccuper des balises (si bon qu’il soit, le texte sera renvoyé !)
  • Chercher à trop bien faire : le texte est bien parvenu jusqu’aux évaluateurs, mais écrire 1000 mots au lieu de 300 m’a fait courir le risque de laisser des fautes et j’ai aussi dû perdre de vue quelques consignes au passage…

 

 

2.  Premiers pas sur la plateforme

 

Ça y est, dûment étoilé (et pas peu fier de moi), j’ai enfin pu accéder à des commandes réelles, toutes celles correspondant à mon niveau d’étoiles. Avant de me lancer, j’ai fait un tour d’horizon de la plateforme et renseigné mon profil avec les thématiques qui me plaisent (ne faites pas comme moi, j’avais tout coché !). J’ai gardé pour plus tard l’option « textes d’exemple » : comme je n’avais aucune expérience en rédaction web, ça m’a semblé plus prudent. Avec un peu de recul, les exemples choisis peuvent avoir une touche « rédaction web » plus maîtrisée et répondre à une véritable stratégie pour cibler des clients !

 

 

3.  Mes premières commandes : OpenOrders, me voilà !

 

J’ai sélectionné ma première commande en OpenOrder… et fait connaissance avec le compte à rebours : le chronomètre démarre au clic sur « J’accepte de rédiger la commande » et le temps imparti est celui défini par le client. Pour ne pas faire comme moi (j’ai abandonné ma première commande), choisissez des textes courts avec des consignes simples pour débuter. Vous allez faire face à de nouveaux casse-têtes :

 

 

4.  Mes premières évaluations sur Textbroker

 

Au bout de 3 commandes soumises, je suis freiné dans mon élan. Je dois être évalué. Bon, sur les 3, j’ai déjà un texte refusé, un en attente et un accepté (avec l’évaluation « Super » du client). Oui, sur Textbroker, j’ai un karma… J’apprends rapidement que mon nombre d’étoiles peut varier suivant la qualité de mes textes et mon assiduité.

Mais ce que j’en retiens surtout, après 10 ans et un passage par tous les niveaux d’étoiles de Textbroker, c’est que je ne travaille pas seul. L’équipe est avec moi et m’aide à m’améliorer. De toute façon, j’ai toujours fini par retrouver mes 5 étoiles. Est-ce-ce dû à ma persévérance et à ma régularité ? Sans doute, en tout cas, je doute que ce soit lié à mes talents littéraires.

 

 

5.  À la conquête des TeamOrders !

 

Après quelques OpenOrders (pour vous, peut-être, le jour où les OpenOrders viennent à manquer…), je me suis enfin intéressé à l’onglet Équipes. « Bienvenue aux TeamOrders » : rien que l’intitulé m’évoquait un territoire vierge à explorer. J’ai découvert une nouvelle facette de Textbroker, avec des tarifs au mot alléchants et la promesse de commandes en abondance. Mes débuts ? J’ai trié les équipes par prix au mot, c’était trop tentant… J’ai sélectionné la mieux rémunérée… et écrit pour rien un texte test pour intégrer une équipe qui n’était plus active. À l’époque, je trouvais que ça n’avait pas vraiment d’importance, le tout était d’obtenir le fameux sésame : « Félicitations, vous avez été accepté dans l’équipe ». Pour vous donner toutes les chances d’y parvenir, triez plutôt les équipes par commandes et par date de création.

 

 

6.  Sueurs froides : alerte, détection de plagiat !

 

Je peux vous dire que lorsque j’ai reçu ce message officiel de Textbroker pour la première fois, ça m’a fait quelque chose. Et pourtant, je ne suis pas particulièrement impressionnable :

« Le contrôle anti-plagiat de Textbroker a détecté des passages qui ont déjà été utilisés dans une autre commande. Nous vous prions de vérifier votre texte et de modifier les passages en question. »

 

Aïe, je me suis senti comme un cambrioleur pris la main dans le sac, la lampe torche des policiers braquée sur moi… Bon, la première fois que cela vous arrive, respirez et relativisez, en lisant tranquillement la fiche auteur pour tout savoir sur le plagiat sur Textbroker !

 

Moi, je me suis fait une raison et j’ai appris par cœur ce message. Le seul moyen pour moi de l’éviter était de faire varier un peu de temps en temps les textes soumis.

 

 

 

 

7.  Je décroche mes premières DirectOrders !

 

Pour recevoir des commandes directes, la meilleure stratégie consiste à saisir toutes les occasions de communiquer avec les clients de ses OpenOrders, par exemple :

  • Demander des précisions sur un point du briefing
  • Tenir un client informé de l’avancée ou de la date de rendu estimée d’une commande (à bon escient)
  • Remercier un client pour une commande qui vous a particulièrement plu ou parce qu’il vous a laissé une évaluation positive
  • Échanger à l’occasion d’une demande de modification sur une commande

 

J’ai eu la chance d’avoir très vite des DirectOrders, sans pouvoir en tirer de fierté. Mais je vous assure que vous aurez l’impression d’être enfin entré dans la cour des grands lorsque vous recevrez ce message pour la première fois : « Félicitations ! Vous avez convaincu le client X par vos prestations et par la qualité de vos textes. »

 

 

 

8.  Je suis invité dans une équipe suivie par Textbroker

 

Je pensais tout savoir sur les TeamOrders, jusqu’à ce que je reçoive une invitation dans une équipe pour laquelle je n’avais pas postulé et qui était signalée avec une étoile. Dès les premiers mots du briefing, j’ai vu que le niveau d’exigence semblait élevé :

 

« Ce projet est suivi par Textbroker. Vous avez été sélectionné par le Project Manager de Textbroker en raison de la qualité de votre travail. Nous recherchons des auteurs sérieux, habitués à respecter des contraintes de rédaction et à traiter des demandes concernant l’optimisation SEO, c’est pourquoi nous avons souhaité faire appel à vous. » 

 

Dans ces équipes, de nouveaux défis vous attendent, comme :

  • Choisir les mots-clés pour le client
  • Ajouter des images pour illustrer vos articles
  • Travailler sur des commandes par lots, dans des tableurs ou sur des documents en ligne
  • Devoir conserver des options de mise en forme précises et travailler sur de nouveaux outils

 

Dès qu’une nouveauté est apparue sur la plateforme, je l’ai testée, autant dire qu’en 10 ans, des bugs, j’en ai vu passer ! Vous serez sans aucun doute plus chanceux que moi sur ce point mais, si cela vous arrive, le service d’assistance de Textbroker est là pour vous aider.

 

 

9.  Demande de modification et notes de Textbroker : je fais connaissance avec les éditeurs

 

Lorsque je travaille sur un projet suivi par Textbroker, je peux recevoir des demandes de modification et parfois des remarques, qui s’affichent dans mes statistiques avec la mention TB (souvent après validation du texte). Les contenus sont relus par un ou plusieurs éditeurs avant d’être livrés au client.

 

En cas de demande de modification, j’ai 24 heures pour appliquer les corrections, sous peine de perdre ma commande, remise à la disposition de tous les auteurs dans l’équipe (cela m’est déjà arrivé). Heureusement, je suis notifié par e-mail et je peux la reprendre si je suis rapide. En vérifiant ses spams de temps en temps, il est facile d’éviter les mauvaises surprises.

 

Le Project Manager peut aussi parfois communiquer directement avec un auteur par e-mail, par exemple pour lui demander de rédiger une commande en urgence ou encore pour l’informer d’une erreur récurrente. Son adresse mail est indiquée en bas des instructions : en cas de souci dans un projet suivi, c’est l’option la plus rapide pour débloquer la situation.

 

 

10. Je sais ce que je veux : je personnalise mon espace auteur pour cibler mes commandes

 

Une fois que toutes ces premières expériences sont devenues votre routine quotidienne, vous pouvez avoir envie d’élargir votre réseau de clients et de mettre à jour votre espace auteur. Voici les points clés à actualiser sur votre profil (voyez cela un peu comme une opération ménage de printemps, à réaliser au moins une fois par an) :

  • Ajuster votre tarif de DirectOrder (vous pouvez le faire de manière générale et client par client)
  • Indiquer combien de textes vous souhaitez rédiger par semaine
  • Ajouter sur votre profil les fameux textes d’exemple tirés de votre plume (désormais aiguisée) que vous aviez laissés de côté lors de votre inscription
  • Ajuster les catégories de textes sur lesquelles vous vous sentez à l’aise
  • Renseigner les langues que vous maîtrisez suffisamment pour en traduire des textes en français, ainsi que les pays que vous avez visités

 

Je n’ai jamais particulièrement soigné mon propre profil auteur, mais est-ce bien étonnant ? Hormis ma longévité sur le site, je n’ai pas grand-chose à faire valoir, si ce n’est que… j’ai vraiment tout essayé !

 

Au fait, je n’ai même pas pris le temps de me présenter correctement : je suis le premier compte auteur créé sur Textbroker France. Vous pouvez m’appeler A-FR000 si vous tenez à me donner un nom, j’ai aussi dû m’appeler Admin ou TestTBFR à une époque : mon rôle est d’essayer en avant-première toutes les nouveautés de la plateforme. Si j’ai tout vu, et que mon compte ne sera jamais supprimé malgré le manque d’imagination de ma prose, c’est parce que j’existais déjà en 2011, lorsque la page d’accueil de Textbroker France ressemblait encore à cela :

 

 

 

Et vous, quelles « premières fois » vous ont marqué depuis que vous êtes inscrit sur Textbroker ? Avez-vous des anecdotes à raconter sur vos débuts en tant qu’auteur ? Des souvenirs à partager ? Des conseils à donner aux nouveaux arrivants ? Pour ma part, mission accomplie, je profite de la fierté de voir mon premier article publié, je vous souhaite un parcours tout aussi long, mais plus fructueux que le mien sur la plateforme, et je retourne dans l’ombre… jusqu’aux prochaines nouveautés sur Textbroker France !

 

 

 


commentaires

SuperMatou 9. mars 2021 - 18:57

Quel bel article de blog ! Je note 5 étoiles !

Répondre

Ackay 9. mars 2021 - 22:47

Bonjour,
Je viens de fêter mes 56 ans dimanche 7 mars. Aucun rapport avec Textbroker me direz-vous…
J’ai écris mon 1er texte pour le site le 15.11.2011 alors je fêterai mes 10 ans de présence sur la plateforme en fin d’année.
J’avais commencé à écrire sur le site Wikio mais il a fermé en septembre 2011.
Alors j’ai découvert Textbroker et depuis je ne l’ai pas quitté.
Mon texte de sélection était sur le thème de "Comment trouver du travail après 50 ans" toute une histoire !
Et mon 1er texte en openorder portait sur du modélisme, la passion de mon mari, donc je savais de quoi je parlais.
Par mon travail, je suis arrivée à 5 étoiles et je les ai perdues quelques mois pour les reconquérir à nouveau ! J’étais énormément déçue et choquée mais au final, je reçois toujours des directorder et c’est très gratifiant de se sentir désirée… Quand on vous dit "cher Ackay"
J’adore écrire ! Je me fais parfois des frayeurs avec les délais pour rendre les textes à temps, mais l’adrénaline de temps en temps ça booste !
Longue vie à la plateforme.
Ackay

Répondre

ARKTOS 11. mars 2021 - 11:21

Excellente rétrospective sur cette décennie, cher collègue !
Dans les grandes lignes, je retrouve aussi ce que j’ai connu sur Textbroker, étape par étape.

Pour ma part, j’ai découvert la rédaction web sans même la chercher, en surfant sur la toile : et le déclic s’est produit ainsi. Mes recherches m’ont amené à atterrir sur Textbroker, où j’ai décidé de tenter ma chance en m’inscrivant.

L’étape cruciale ? La mise en forme du test d’admission !
Sur ce point, je ne saurais que trop recommander à l’aspirant rédacteur de respecter À LA LETTRE ce qui est demandé : nombre de mots, balises html, etc.

Après 3 semaines d’attente, le verdict tombait : admission au statut de rédacteur 4 étoiles, ce qui était déjà énorme pour un débutant autodidacte. J’avais cru comprendre que personne ne pouvait obtenir le niveau 5 d’entrée de jeu, et qu’il me faudrait me battre pour pénétrer dans le "petit club très sélect" des rédacteurs 5 étoiles…

En tout cas, une fois l’euphorie retombée, arrivait l’angoisse : il s’agissait encore de justifier de ma qualité, a priori, de rédacteur 4 étoiles !

Ladite qualité fut confirmée à l’issue de mes 3 premiers textes rédigés, et fort heureusement, mon niveau ne s’est jamais dégradé malgré les quelques imperfections relatives à ma nature humaine.

Je souris en repensant à ce mois de novembre 2018, qui m’a vu "essuyer mes premiers plâtres" sur la plateforme…
Pour mes premiers textes, je me méfiais de la fenêtre de rédaction et de son compteur de mots, au point que j’écrivais d’abord mon contenu à la main sur une feuille volante, avant de le recopier dans la fenêtre… si si, je vous assure !

Par la suite, les automatismes se sont mis en place, et j’ai pu me diversifier assez rapidement. Au début, je ne goûtais évidemment qu’aux Open orders de ma catégorie. Et puis, j’ai été invité à rédiger dans des équipes, par les clients eux-mêmes ou par les chefs de projets de la plateforme.

Une de mes plus grandes satisfactions ? Le jour où un client régulier en Open orders m’a sollicité pour une Direct order une première fois, avant de m’en confier d’autres de plus en plus souvent.
À ce jour, j’ai rédigé 71 Direct orders pour ce client qui comptait parmi mes préférés…
Et un jour, tout s’est arrêté brusquement. Après quelques échanges via la messagerie privée, j’ai appris que mon interlocutrice (nous l’appellerons Sabine) était partie.
Le plus "drôle", c’est que je sentais que ce rapport professionnel virtuel allait beaucoup me manquer…
En effet, il n’était pas rare que Sabine me confie des commandes en urgence, que je lui rendais à la même vitesse que je mettais à les accepter !
Outre l’agrément apporté par l’argent, je me sentais reconnu et estimé pour mes compétences acquises par ma seule persévérance.
Par ailleurs, j’ai pu constater qu’il y a parfaitement moyen de nouer des rapports cordiaux avec un client ou avec le service d’assistance, même à travers la messagerie écrite.

Quoi qu’il en soit, c’est ainsi : sur Textbroker, nous ne sommes "sous contrat" que pendant le compte à rebours qui s’enclenche lorsque nous acceptons une commande, et jusqu’à la validation par le client. Sortis de là, rien ne nous oblige à écrire de nouveau pour tel ou tel client, comme rien n’oblige le client à faire appel à nous une seconde fois.
Un nouveau travail pour un nouveau client ? C’est toujours un coup d’essai. Parfois, cela reste une première et une unique ; parfois, c’est une longue et fructueuse collaboration qui se met en place, qu’elle soit épisodique ou régulière.

Le temps a passé, j’ai ensuite été sollicité pour écrire sur des projets demandant une qualité très élevée. De nouveaux défis se présentaient : rédiger le contenu d’un site web entier, se servir d’un générateur de mots-clés, rédiger des métadonnées à partir d’un outil externe, etc.

Le matin du mercredi 10 mars 2021, à 9h58, grosse bouffée d’adrénaline de mon côté de l’interface : ma 10ème évaluation qualité venait de tomber, m’élevant enfin au rang de rédacteur 5 étoiles. Quelle joie et quelle récompense pour moi !
2 ans, 4 mois et 2 jours ont été nécessaires, mais cela valait le coup et je ne le regrette pas. Aujourd’hui, je ressens la même impression qu’à mes débuts sur Textbroker : l’euphorie d’abord, puis l’appréhension de ne pas être à la hauteur. Il ne tient qu’à moi de prouver que je suis "digne" de mon nouveau statut, voilà tout.

Si j’ai quelques conseils à donner aux nouveaux rédacteurs ? Oui, en voici quelques-uns :

– patience et persévérance sont les 2 notions les plus importantes pour l’auteur qui débute ;
– ne pensez jamais que vos étoiles sont un dû qui vous revient de droit ;
– 4 étoiles, 5 étoiles, cela se mérite ;
– restez d’autant plus modeste que vous atteindrez un niveau de plus en plus élevé ;
– ne prenez pas trop à cœur les remarques destinées à vous faire progresser ;
– restez diplomate et n’hésitez pas à échanger en toute bienveillance avec le client, même difficile ;
– gardez toujours en tête qu’en face de vous, un client qui paye est en droit d’obtenir ce qu’il a demandé ;
– trouvez le juste équilibre entre le bon sens et le strict respect de la consigne donnée ;
– apprenez à vous diversifier, tout en vous spécialisant dans ce qui vous plaît davantage ;
– renseignez à 100 % si possible, votre profil d’auteur ;
– démarchez en postulant dans les équipes dont la thématique vous parle, même si pas de réponse ;
– et surtout, demandez l’aide du service assistance qui réagit toujours très vite, quand il le faut.

2021 marque l’année de mes 38 ans : j’espère bien continuer mon travail ici, même lorsque je me déciderai à m’installer officiellement comme rédacteur professionnel. J’ai tellement appris avec Textbroker ! Le temps passe, mais attention : ne jamais brûler aucune étape !

Une touche d’humour pour conclure ? Mon ancien pseudonyme d’auteur, en latin, signifiait "ours brun". Sans doute suis-je aussi un solitaire, pas fait pour le salariat ni pour être entouré de monde en permanence : et c’est pourquoi l’activité de rédacteur web me parle autant, sûrement.
Toutefois, je ne suis pas insociable pour autant, et il arrive que la solitude me pèse un peu, même sur Textbroker. Toute entreprise possède un espace détente, n’est-ce pas ? C’est peut-être ce qui manque sur notre belle plateforme : un chat, une sorte de "salon de thé" virtuel, où 2 ou 3 rédacteurs (trices) pourraient échanger entre 2 commandes… Qu’en pensez-vous ?

Je souhaite bon courage aux nouveaux auteurs qui viennent d’arriver, à ceux qui hésitent encore à s’inscrire, et aux anciens qui s’accrochent toujours.
Longue vie à Textbroker, puissions-nous contribuer toujours davantage, tous ensemble, à une toile francophone de très haute qualité !

Arktos,
votre collègue "rédact’ours", quelque part en France…

Répondre

Ackay 13. mars 2021 - 17:20

Bonjour Arktos,
En effet, une sorte de chat, de blog sur la plateforme pourrait être une bonne idée mais dans la mesure où tout le monde respecte l’autre, en restant poli, et en respectant le thème lancé. J’ai déjà connu ce style de blog sur Wikio quand je travaillais pour eux et malheureusement, cela partait bien souvent en vrille… Un peu comme sur FB d’ailleurs !
Salutations d’une ancienne !
Ackay

Répondre

Arktos 15. mars 2021 - 13:31

Bonjour Ackay,

Merci beaucoup pour votre sympathique retour !
Ouf, nous sommes bien d’accord sur l’essentiel…
C’est évident : un "salon de thé" en ligne aurait, dans mon idée, vocation à la détente à travers un libre échange entre les rédacteurs, tout en restant courtois et correct.

J’avais lu il y a quelques jours, votre parcours résumé dans votre premier commentaire : j’ai apprécié ce que vous y relatiez. Belle expérience 🙂

Salutations du "rédact’ours web", et plein de commandes en perspective pour 2021 !

Arktos

Répondre

Ackay 16. mars 2021 - 21:36

Merci à vous aussi pour votre retour et que de nombreux textes soient avec vous pendant encore longtemps !
Voilà une fonction qui manque sur le blog : une notification à notre réponse…
Bonne continuation !

Répondre

Marie40 11. mars 2021 - 18:09

Bravo pour ce bel article, dans lequel je me reconnais ! Joyeux anniversaire Textbroker, et encore de belles années de collaboration !

Répondre

Une question ou un commentaire sur cet article ? N'hésitez pas à nous en faire part !

Votre adresse e-mail ne sera pas divulguée. Les champs nécessaires sont indiqués *

*
*

Managed-Service

Vous souhaitez déléguer la gestion de vos projets de textes et recevoir des textes de qualité ? Vous voulez bénéficier de prestations supplémentaires telles que l’optimisation de vos textes selon la formule WDF*IDF ou la gestion de votre blog ? Découvrez notre Managed-Service et bénéficiez de notre solution de confort « 100 % prise en charge ».

Demander une offre non contractuelle

Self-Service

Vous avez besoin de textes ? Le Self-Service vous permet de commander vous-même les textes souhaités, de manière simple et rapide, tout en bénéficiant des meilleures conditions.

S’inscrire gratuitement!

Auteurs

Des milliers d’auteurs dans le monde entier font confiance au n° 1 des plateformes de rédaction en ligne pour gagner de l’argent en écrivant. Décidez vous-même quand, où et quoi écrire et gagnez de l’argent pour chaque mot écrit !

S’inscrire gratuitement!