Skip to main content


Hola, buenos días. Les traductions français-espagnol – et vice versa – sont très demandées. De grandes différences sont rapidement perceptibles entre les deux langues. La langue française est parlée par plus de 300 millions de personnes dans le monde en tant que langue maternelle ou seconde langue. À côté de cela, plus de 557 millions de personnes dans le monde communiquent en espagnol et la plupart d’entre elles se sont installées en Amérique à la suite de la colonisation espagnole au 16ème siècle.

Sur cette page vous apprendrez non seulement quelques détails intéressants sur la langue espagnole, sur les différences entre le français et l’espagnol, mais aussi sur ce qui fait une bonne traduction.

Faire appel à des traducteurs français-espagnol pour atteindre de nouveaux clients


Dans 25 pays, les gens ne communiquent que dans une seule langue : l’espagnol. Cela en fait la deuxième langue la plus parlée après le mandarin, la langue chinoise, avec le plus grand nombre de locuteurs. L’espagnol dépasse même l’anglais, du moins en nombre de locuteurs natifs. Gagnant en popularité, l’espagnol ne semble pas seulement prendre une importance croissante sur le marché du travail, c’est aussi une langue étrangère que beaucoup aimeraient apprendre, surtout en Europe et en Amérique. L’enseignement de l’espagnol est proposé à tous les étudiants français en tant que deuxième langue vivante.

Après le Mexique, la communauté hispanophone la plus nombreuse vit dans le pays des superlatifs, les USA, et cette tendance est à la hausse. Dix pour cent de la population américaine parle maintenant espagnol. Ces dernières années, les pays d’Amérique latine sont devenus également des destinations de vacances populaires pour nous les Français. Pourtant, ce n’est pas seulement là-bas et en Espagne que l’on peut converser dans cette langue mais également dans une partie de l’Afrique occidentale et des Philippines.

L’espagnol : une langue avec une grande variété de dialectes


Si l’on considère la langue espagnole en particulier et que l’on pense au galicien et au basque, par exemple, il devient évident que l’Espagne est un pays multilingue. L’existence de langues régionales en tant que langues indépendantes en plus de la langue officielle castillane dépend fortement des identités régionales – dans certains cas, ces dernières sont si fortes qu’elles souhaitent une séparation d’avec l’Espagne pour exister en tant qu’État. Il y a aussi des dialectes espagnols comme le madrileño, qui est parlé autour de Madrid, ou l’andalou. Ce dernier est similaire à bien des égards à l’espagnol dans les îles Canaries et en Amérique latine. Ce n’est pas le dialecte le plus compréhensible pour les personnes qui apprennent espagnols en raison de la terminaison de mots.

Le monde hispanophone est aussi coloré que les cultures et les traditions de ses pays. Vous entendrez donc un même son différemment selon que vous êtes dans le pays du flamenco ou dans le pays du sombrero – parfois les locuteurs semblent zézayer un peu et parfois pas. Non seulement la prononciation et l’accent diffèrent entre l’espagnol européen et le latino-américain, mais il en est également de même concernant les éléments grammaticaux ou le vocabulaire. Les traducteurs français-espagnol doivent avoir intégré tout cela et le garder à l’esprit lorsqu’ils se mettent au travail. Beaucoup de gens associent la langue espagnole à une façon extrêmement passionnée de s’exprimer, où on aime parler très vite et faire des gestes. Une autre caractéristique de cette langue est un son presque aspiré, probablement dû à l’utilisation d’une voix douce typique de l’espagnol.

Depuis l’an 2000, la diversité linguistique mondiale en tant que composante de la diversité culturelle a été célébrée par une journée de commémoration : la Journée internationale de la langue maternelle, le 21 février. Elle doit nous faire prendre conscience qu’une langue nous façonne et nous soude. En même temps, elle nous rappelle que 2 500 des 6 000 langues parlées sont menacées d’extinction. Dans ce contexte, il n’est souvent pas facile de tracer une ligne claire entre la langue et le simple dialecte.

 
Vous cherchez des traducteurs français-espagnol ou français-espagnol ?

Avec Textbroker, vous pouvez faire appel à nos traducteurs pour obtenir rapidement tous vos contenus traduits.

 

Inscrivez-vous gratuitement

 

L’histoire de la langue espagnole


Même si l’on dit que cette langue est née il y a environ 100 000 ans, nous ne pouvons nous référer qu’à des traditions qui remontent à environ 10 000 ans et sur la base desquelles l’indo-européen peut être identifié comme une grande famille linguistique. Si vous pensez à des mots comme mère, qui se dit « mother » en anglais, « madar » en persan et « madre » en espagnol, l’origine commune de ces langues est évidente. La langue originelle de l’Anatolie – l’une des régions les plus peuplées du monde – s’est probablement répandue dans toutes les directions avec l’émergence de l’agriculture. Mais il existe aussi des théories qui situent l’origine de l’indo-germanique en Afrique de l’Est, en Asie du Sud-Est ou dans le Caucase. Quoi qu’il en soit, la famille des langues indo-germaniques, à partir de laquelle se sont développées au fil des millénaires diverses branches linguistiques ainsi que la langue espagnole appartenant à la langue ibéro-roumaine, comprend toutes les langues européennes à l’exception de l’estonien, du basque, du finnois et du hongrois, outre de nombreuses langues occidentales et sud asiatiques.

La relation entre l’espagnol et le français est évidente à première vue. Les deux langues sont originaires du latin vulgaire et se sont développés à partir de lui comme langues indépendantes. L’espagnol moderne, ou langue standard, s’est développé aux XVIe et XVIIe siècles après la dite « reconquista« , la reconquête du territoire espagnol et la fin du règne musulman. À l’époque de l’empire colonial espagnol, la langue s’est répandue dans le monde entier.

Alors que le latin et l’arabe avaient une immense influence sur la langue espagnole, il y a eu beaucoup d’emprunts, et aujourd’hui c’est au tour de l’anglais. Déjà au cours du XXe siècle, la langue anglaise a remplacé le français comme langue internationale. Entre-temps, de nombreux anglicismes ont trouvé leur place dans la langue espagnole, notamment dans les médias. Par ailleurs, si vous pensez aux nombreux mots qui finissent par « -tion » en anglais, vous les trouverez en espagnol et les reconnaîtrez par leur terminaison en « -ción ». Voici quelques exemples qui illustrent le lien entre le vocabulaire anglais et espagnol et le vocabulaire latin :
 

LatinEspagnolAnglais
autumusotoñoautumn
solumsuelosoil
fonsfuentefountain
mensmentemind

 
Si vous parlez anglais, vous comprendrez automatiquement certains mots en espagnol.

Le défi pour les traducteurs : les différences de langue entre l’Espagne et l’outre-Atlantique

 
Fondamentalement, il faut opérer une distinction entre les Espagnols continentaux et les Espagnols d’Amérique latine. Cependant, en y regardant de plus près, on découvre une diversité dialectale beaucoup plus grande : chaque pays d’Amérique du Sud a sa propre forme linguistique, ce qui est particulièrement remarquable dans la langue parlée et familière. Certaines variations régionales – comme celles du Mexique – ont de fortes influences anglophones.

Il y a donc des différences régionales. Il n’est pas nécessaire de traverser l’Atlantique pour constater cela. Il suffit d’écouter le zézaiement plaisant des habitants des îles Canaries ou les entendre utiliser des expressions spécifiques comme « guaga » au lieu de « autobús » pour bus (d’ailleurs aussi appelé de la sorte par les Cubains), « papas » au lieu de « patatas » pour pommes de terre ou « plata » au lieu de « dinero » pour argent. Vous remarquerez probablement ce qui suit lors d’un voyage en Amérique latine :


  • Voseo : cette expression qui était autrefois une forme de politesse, comme le « usted » d’aujourd’hui et qui semble aujourd’hui dépassée en Espagne, est maintenant utilisée dans la plupart des pays d’Amérique latine à la place de « tú », c’est-à-dire comme un pronom de la deuxième personne du singulier. En Espagne, on dira « tú comes » et en Amérique latine « vos comés ».

  • Diminutifs : le nom « Juan » devient « Juanito », « café » devient « cafecito », et « sol » (soleil) devient « solecita ». Il en est de même avec les adverbes, on peut donc trouver « pronto » (rapide), mais aussi « prontito ». Fondamentalement, les hispanophones d’Amérique latine utilisent davantage de diminutifs qu’en Espagne.

  • Méfiez-vous de « coger » : alors qu’en Espagne ce mot signifie simplement « prendre », en Amérique latine, vous commettrez surement un impair parce que les gens le comprendront dans un sens sexuel. Utiliser « tomar » pour dire « prendre » ne prêtera pas à confusion.


Malgré de grandes différences, les hispanophones peuvent communiquer facilement.

Faire appel à des traducteurs français-espagnol professionnels pour toujours adapter au mieux son vocabulaire à sa clientèle


Les traductions dépendent toujours du contexte et du cadre culturel. C’est pourquoi il est d’autant plus important de faire appel à des traducteurs français-espagnol professionnels qui connaissent les astuces et les particularités de la langue concernée.

Les traducteurs atteignent aussi souvent leurs limites lorsque des mots spécifiques à un pays qui ne peuvent pas être traduits directement dans une autre langue, nécessitent une transcription. En langue allemande, nous pourrions citer l’exemple de « Wanderlust » ou en turc le mot « yakamoz », chargé d’un sens romantique, qui signifie « le reflet de la lune dans l’eau ». Les exemples suivants sont tirés de la langue espagnole ; il s’agit à juste titre de termes issus des domaines de l’alimentation, de l’alcool, de la danse et de la musique :


  • el botellón : boire un verre dans un cercle cosy, pas dans un bar mais sous le soleil espagnol ou après le coucher du soleil sur une place ou dans un parc.

  • sobremesa : les Espagnols apprécient non seulement les repas copieux, mais aussi le divertissement après le repas.

  • duende : la force mystérieuse ou une sorte d’état de transe – caractérisé par des troubles émotionnels – souvent liés au flamenco


Voici de quoi devrait être capable un traducteur français-espagnol


De très nombreuses expressions sont impossibles à traduire sans une connaissance et une pratique assidue de la langue.

Un casse-tête classique est par exemple le choix délicat entre « ser » et « estar » :


  • Estoy en Francia – Je suis en France.

  • Soy francés – Je suis français.


En termes simples, « ser » décrit des conditions permanentes telles que l’origine et les caractéristiques ou l’occupation et « estar » est employé pour des situations changeantes telles que celles qui ont trait au bien-être ou aux actions temporaires. Par ailleurs, les hispanophones n’indiquent pas l’âge avec « ser » ou « estar », mais avec « tener » (avoir) : Ana tiene 43 años (Ana a 43 ans).

 
Vous avez besoin d’un traducteur français-espagnol ?

Comme plus de 83 000 clients dans le monde, faites appel à Textbroker pour faire traduire tous vos contenus en espagnol.

 

Inscrivez-vous gratuitement

 


Voici d’autres expression qui illustrent la difficulté de saisir toutes les nuances pour les traducteurs français-espagnol :
 

 

 

no ver tres en un burro

(Ne pas pouvoir voir trois personnes sur un âne) – « Être myope comme une taupe »

 

hablando del rey de Roma

(quand on parle de quelqu’un et que celui-ci, littéralement « le Roi de Rome », apparaît à ce moment-là) – « Quand on parle du loup »

 

creerse la última Coca-Cola en el desierto

(Se croire le dernier Coca-Cola dans le désert) – Expression particulièrement courant en Amérique latine qui signifie se croire quelqu’un de vraiment spécial.

 

 

Également souvent entendu en Amérique du Sud :

Me pica el nagre

(Le loup de mer me mord) – « Avoir le ventre qui crie famine »

 

 

ser una gallina

(Être une poule) – « Être une poule mouillée, un trouillard »

Commander ses traductions français-espagnol en ligne est-il une bonne alternative ?


Bien entendu, vous pouvez également compter sur l’intelligence artificielle pour vos projets en utilisant des traductions automatiques et des outils en ligne comme Google Translator ou DeepL. L’avantage de Google Translator est de disposer d’un grand choix de langues et d’une application utilisable partout dans vos déplacements. Cependant, Google Translator est particulièrement sujet aux erreurs avec des textes plus longs contrairement à DeepL.

Ces traducteurs peuvent faire plus que traduire des mots les uns après les autres dans la langue cible souhaitée en restituant le sens d’une phrase cohérente. D’un seul clic, vous pouvez obtenir des passages traduits en entier. Plus la langue traduite est courante et plus les phrases sont courtes et simples, plus vous aurez alors de chances d’obtenir de bons résultats avec ces outils. Ces traducteurs en ligne peuvent avoir une utilité, surtout lorsqu’il y a une forte demande de textes. À condition que vous puissiez vérifier le tout par la suite et idéalement le confier en interne à quelqu’un qui comprend la langue en question pour vérification ou édition. Même si la traduction automatique progresse et continuera certainement à se perfectionner à l’avenir, ces outils sont loin d’être à la hauteur d’un traducteur français-espagnol professionnel.

C’est pourquoi les traducteurs automatiques en ligne sont une alternative possible mais pas nécessairement efficace pour des besoins en traduction de textes complexes ou spécifiques. En effet, on ne peut pas être sûrs que le texte traduit automatiquement dans la langue cible suive fidèlement ce qui est écrit dans le texte source – et que le contenu, la grammaire et le style soient adéquats. D’autant plus que tous les mots ou phrases ne peuvent pas être traduits tels quels. Dans de nombreux cas, par exemple lorsqu’il s’agit de traduire des combinaisons de plusieurs mots qui sont toujours utilisées ensemble, appelées collocations, des locuteurs natifs sont nécessaires. Également en ce qui concerne les idiomes ou certaines expressions idiomatiques spécifiques à un pays, ces outils atteignent rapidement leurs limites.

Si vous faites traduire en ligne du contenu de votre site, n’oubliez pas de définir la balise hreflang, d’une part pour que vos utilisateurs puissent lire le contenu dans leur langue et d’autre part pour que les moteurs de recherche reconnaissent que le contenu est traduit dans différentes langues et ne soit pas considéré comme du contenu dupliqué.

Les dangers liés aux traductions français-espagnol incorrectes


Si un mot a plusieurs significations différentes, cela peut être source de confusion et représenter un grand défi pour le traducteur français-espagnol. Les linguistes parlent ici de polysémie. Ce phénomène est né du fait qu’au fil du temps, plusieurs significations ont été dérivées d’une expression, empruntées, différenciées, des métaphores sont apparues ou même des mots obsolètes ont été soudainement réutilisés dans un nouveau contexte. À l’origine, ces significations ont un lien entre elles. Les locuteurs natifs comprennent cette ambiguïté lexicale parce qu’ils ont grandi avec.

Méfiez-vous des pièges de traduction ou encore des faux-amis :


  • Marcher : caminar, pas marcharse (s’en aller)

  • Subir : sufrir, pas subir (monter)

  • Concurrence : competencia, pas concurrencia (l’accord)

  • Débile : tonto ou idiota, pas debil (faible)

  • Entendre : sonar, pas entender (comprendre)

  • Salir : ensuciar, pas salir (sortir)


Les traductions français-espagnol sont un art que peu de gens peuvent maîtriser


Les traducteurs réussissent toujours à trouver les bons mots dans la langue source et dans la langue cible, c’est pourquoi ils continueront d’être sollicités. Linguistiquement qualifiés et ayant pour la plupart un secteur d’expertise spécifique, ils apportent un savoir-faire complet dans leurs langues et leurs domaines culturels respectifs. Ils traitent donc un sujet extrêmement passionnant et significatif façonnant irrémédiablement notre identité : la langue.

 
Encore un doute sur comment trouver des traducteurs français-espagnol compétents ?

Grâce à ses milliers de traducteurs, Textbroker vous fournit rapidement tout votre contenu nécessaire traduit.

 

Inscrivez-vous gratuitement

 


Pas de commentaire disponible


Une question ou un commentaire sur cet article ? N'hésitez pas à nous en faire part !

Votre adresse e-mail ne sera pas divulguée. Les champs nécessaires sont indiqués *

*
*

Managed-Service

Vous souhaitez déléguer la gestion de vos projets de textes et recevoir des textes de qualité ? Vous voulez bénéficier de prestations supplémentaires telles que l’optimisation de vos textes selon la formule WDF*IDF ou la gestion de votre blog ? Découvrez notre Managed-Service et bénéficiez de notre solution de confort « 100 % prise en charge ».

Demander une offre non contractuelle

Self-Service

Vous avez besoin de textes ? Le Self-Service vous permet de commander vous-même les textes souhaités, de manière simple et rapide, tout en bénéficiant des meilleures conditions.

S’inscrire gratuitement!

Auteurs

Des milliers d’auteurs dans le monde entier font confiance au n° 1 des plateformes de rédaction en ligne pour gagner de l’argent en écrivant. Décidez vous-même quand, où et quoi écrire et gagnez de l’argent pour chaque mot écrit !

S’inscrire gratuitement!